lundi 28 avril 2014

Rosy. C'est la vie – Conversation avec Maurice Rosy- rédigé par José-Louis Bocquet- éditions Dupuis – 2014.


Rosy. C'est la vie – Conversation avec Maurice Rosy- rédigé par José-Louis Bocquet- éditions Dupuis – 2014.


«- Certains observateurs voient du Herriman dans ton travail sur l'absurde...
- C'est étrange, on me dit ça, parfois...Mais c'est trop...Si la bande dessinée peut être considéré comme un art, c'est certainement grâce à lui. Herriman a inventé le langage propre à ce média; Son Krazy Kat, ce n'est pas de la littérature illustrée, ce n'est pas du dessin animé figé sur papier, il invente quelque chose qui n'est comparable à rien d'autre. Une page de Herriman se lit dans tous les sens. C'est un champ magnétique. Il n'y a pas de début ni de fin -ou alors celle que l'on se choisit. Une vraie bande dessinée révolutionnaire, au sens fort et noble du terme. Anarchiste. Dérangeante, donc...»


vendredi 25 avril 2014

Le voyage de Robey Childs – Robert Olmstead- éditions Gallmeister- 2014.


Le voyage de Robey Childs – Robert Olmstead- éditions Gallmeister- 2014.


En 1863, Hettie Childs somme son fils âgé de quatorze ans de partir à la recherche puis de ramener son mari, soldat de la guerre de Sécession, qu'elle devine en grand danger. Robey Childs va ainsi se trouver projeté en plein conflit, naviguant entre déserteurs, pilleurs et champs de batailles, avec comme seul objectif de répondre au souhait de sa mère.
Plus qu'à un voyage, c'est à une véritable errance qu'est confronté le jeune Robey Childs. Le territoire est transformé en lieu d'effroi, où forêts et chemins deviennent des entrailles meurtries. La description du champ de bataille est parfois à la limite du supportable tant les corps y sont dévastés, minéralisés, vidés de toute humanité. Le territoire et les humains qui le composent semblent se confondre en une seule et même entité meurtrie. Le voyage de Robey Childs est un roman proche d'un chant, d'une épopée, qui ne cesse de vous envoûter par la force de son écriture.
«Les arbres étaient d'un blanc brillant comme de l'os, là où leur écorce noueuse avait été arrachée, et des hommes entiers étaient couchés, rigidifiés dans des postures bizarres, tandis que d'autres semblaient aussi calmes et paisibles dans la mort que s'ils étaient simplement endormis sur un terrain de pique-nique».

jeudi 24 avril 2014

Après l'orage – Selva Almada – éditions Métailié – 2014.


Après l'orage – Selva Almada – éditions Métailié – 2014.



Sur la route de la ville de Castelli, le révérend Pearson accompagné de sa fille Leni, tombent en panne de voiture et sont contraint de cohabiter le temps d'une réparation avec El Gringo -le propriétaire du garage- et son fils adoptif Tapioca. Sauf que cette mésaventure devient très vite pour le révérend Pearson un signe du destin dans lequel sa mission sera d'évangéliser ces âmes sans repère.
Ce huit-clos au milieu du désert permet à Selva Almada de camper chacun de ses personnages avec une force admirable. Tel le paysage sec et aride qui menace de s'effondrer sous la violence de l'orage, les êtres semblent se contenir sans cesse, toujours au bord de l'implosion. Si la tension est palpable à chaque instant, la découverte du passé des protagonistes amène à les humaniser, à en révéler toutes les aspérités, les afflictions. Au final, les enjeux qui animent ce roman sont d'une rare richesse et marquent l'arrivée d'un nouvel auteur à suivre assurément.
«Un jour, elle monterait dans une voiture et partirait très loin, pour toujours. Derrière elle, elle laisserait son père, l’Église, les hôtels. Elle ne chercherait même pas à revoir sa mère. Elle roulerait droit devant elle, suivant le ruban noir de l'asphalte, quittant tout ; à tout jamais.»

mercredi 23 avril 2014

Police – Jo Nesbo – éditions Série noire / Gallimard – 2014.


Police – Jo Nesbo – éditions Série noire / Gallimard – 2014.


600 pages mais aucune longueur, pour ce dixième roman consacré à Harry Hole qui maintenant n'est plus inspecteur mais enseignant à l'école de police. Mais pourquoi un tueur en série s'attaque t-il à des policiers en service ou à la retraite dont le seul point commun est d'avoir participé à des enquêtes non résolues?

mardi 22 avril 2014

Rencontre avec Jean-Luc Loyer pour Sang noir, éditions Futuropolis, le 16 Avril 2014.


Rencontre avec Jean-Luc Loyer pour Sang noir, éditions Futuropolis, le 16 Avril 2014 à la médiathèque de Mâcon. 



 

lundi 21 avril 2014

La Nueve – Paco Roca- éditions Delcourt – 2014.


La Nueve – Paco Roca- éditions Delcourt – 2014.

Depuis quelques années, on découvre une bande dessinée espagnole qui n'hésite pas à triturer l'histoire de son pays. On a pu lire les importants Paracuellos de Gimenez, Le piège de Cava et Del Barrio ou L'art de voler d' Altarriba et Kim. C'est cette Espagne de Franco que Paco Roca interroge dans L'ange de la Retirada (2010), suivi de L'hiver du dessinateur (2012) et aujourd'hui La Nueve. Ce dernier raconte à travers le témoignage de Miguel Ruiz ce que fut la Neuvième Compagnie de régiment de marche du Tchad qui faisait partie de la Division Leclerc. La Nueve était composée de 150 Républicains espagnols qui s'étaient exilés avec comme objectif un jour de libérer leur pays. Ce récit nous conduira d'Alicante à Oran, au Camp Moran, jusqu'à la libération de Paris et le désenchantement qui s'en suivit: «Mais nous, les Espagnols, nous étions les seuls à ne pas avoir un endroit où rentrer, après la victoire». Paco Roca rend un hommage tout en retenue à ces hommes déracinés, oubliés, mais convaincus de la dignité de leur combat.

 

jeudi 3 avril 2014

Orientalisme – Nicolas Presl – éditions Atrabile – 2014.


Orientalisme – Nicolas Presl – éditions Atrabile – 2014.


Depuis le choc de Priape en 2006, Nicolas Presl nous offre une production singulière et motivante. Creusant un sillon que l'on aurait pu imaginer vite tari, une bande dessinée sans texte et un graphisme anguleux immédiatement reconnaissable. L'auteur ne cesse pourtant de faire évoluer sa narration, d'y injecter de l'innovation à bon escient, et parvient avec maestria à ne jamais tomber dans le pur exercice formel ni dans la vaine illustration. Lorsque Nicolas Presl introduit la couleur dans Heureux qui comme en 2012, c'est pour réinventer la manière dont on décrypte ces images. La couleur y devient un élément essentiel dans notre compréhension du récit. Cette réflexion quant à l'utilisation de la couleur dans le but de faire sens, il la poursuit aujourd'hui avec le somptueux Orientalisme. Album à la beauté graphique sidérante qui réussit à ne jamais se complaire dans sa somptuosité ornementale. D'un bout à l'autre de ce beau voyage en Turquie, l'auteur parvient à incarner ses personnages avec une force inouïe. On est sans cesse tiraillé entre la contemplation, l'obligation pour le lecteur de décrypter chaque image tel un exercice du regard et la réelle émotion qui naît de l'expérience de cette lecture.

mercredi 2 avril 2014

Shakespeare n'a jamais fait ça – Charles Bukowski - éditions Points – 2014.


Shakespeare n'a jamais fait ça – Charles Bukowski - éditions Points – 2014.


«Après quoi je me suis levé et j'ai pris une photo de la mère et de la fille. La mère s'est levée et en a pris une de sa fille et du vieux. Les gens aiment prendre des photos. Je n'ai rien contre. J'ai l'impression que ça capture juste le processus de la mort, que ça le fige pendant un petit instant et que, oui, ça peut être marrant.»

mardi 1 avril 2014

Après la guerre – Hervé Le Corre – éditions Rivages – 2014.


Après la guerre – Hervé Le Corre – éditions Rivages – 2014.


Dans ce roman noir, Hervé Le Corre nous dresse un portrait de Bordeaux dans l'immédiat d'après guerre. Période où la ville n'a pas encore pansé et réglé les comptes de ses années d'occupation mais qui doit déjà faire face à un nouveau conflit plus lointain: le départ d'une nouvelle génération vers la guerre d'Algérie. A travers les récits entrecroisés de Daniel - jeune appelé - de Jean Delbos - rescapé des camps de concentration - et du terrifiant mais inoubliable commissaire Darlac - jadis collaborateur et nageant toujours en eaux troubles-, Hervé Le Corre invente une fascinante partie d'échec dont aucun ne sortira indemne. Servi par une écriture mêlant lyrisme, réalisme insoutenable des descriptions, sens du dialogue et une construction à aucun moment artificielle, l'auteur se révèle un orfèvre ciselant chacun de ses chapitres avec une égale intensité. A la fin de la lecture de ce beau roman, une évidence s'impose à nous: Hervé Le Corre est un des grands noms du roman noir français actuel.

«Darlac ne dit rien. Retient presque son souffle. Ne pas forcer. Ne pas secouer trop fort cet arbuste. Fruit tombé, fruit gâté. Le voilà qui s'invente des dictons paysans. Il aime ces moments où il observe dans sa main se débattre les êtres qu'il est sûr d'écraser plus tard.»