lundi 10 septembre 2012

Mat – Edmond Baudoin – éditions Gallimard – 1996/2012.


Mat – Edmond Baudoin – éditions Gallimard – 1996/2012.

Mat est un adolescent qui habite avec son père entre parkings de supermarchés et voies rapides couvertes de voitures. Il vit en dehors de la ville et en marge de la société. Sa liberté réside dans ses rêves, dans ses errances et dans le foot. Un jour, Mat rencontre Élodie, une autre enfant délaissée, et va essayer de l'amener à mieux supporter ce monde. Elle sera envoûtée par des voyages imaginaires en mer, par des traversées en équilibre sur un simple fil, par le tatouage d'une aile de papillon. Autant d'éléments que Baudoin, par la force de son graphisme, parvient à nous rendre également fascinants. Le fil devient ligne tendue, la canne à pêche se transforme en une courbe qui anime la case, les rêves dessinent des espaces où les décors sont griffonnés, vibrants, tandis que les parties de foot sont abstraction, plaisir pur. Mat et Baudoin parviennent ainsi à transcender ce triste réel.

Le terroriste noir – Tierno Monénembo – éditions Seuil – 2012.


Le terroriste noir – Tierno Monénembo – éditions Seuil – 2012.

Addi Bâ, tirailleur sénégalais, est capturé après la bataille de la Meuse. Il s’évade, erre dans les forêts, avant d’être recueilli dans le village de Romaincourt dans les Vosges. Sa couleur et sa tenue n'étant pas habituelles pour cette population, ce n'est que progressivement qu'il va réussir à se faire accepter par les habitants jusqu'à devenir un personnage clé dans l'existence du village. En 1942, il entre en contact avec la Résistance et crée le premier maquis des Vosges. Les Allemands le surnommeront «le terroriste noir». L'histoire nous est racontée 60 ans après par une jeune fille du village qui témoigne à la fois des rivalités familiales, des règlements internes au village et en même temps de l'attachement réel à ce personnage si singulier pour les habitants. Un roman fort où se mêle humour, révolte, histoire et portrait grouillant d'un village. Essentiel, drôle mais bouleversant au final.

«Nous ne savions rien de cette armée de fantômes. Nous ne savions pas qu'à quelques mètres de nos villages, ces gens-là mourraient ou devenaient fous dans des contrées hostiles et pour une cause qui ne les concernait même pas».

Home- Toni Morrison - éditions Christian Bourgois – 2012


Home- Toni Morrison - éditions Christian Bourgois – 2012

Home raconte le périple de Frank Money, dans les années 50, à travers l'Etat de Géorgie afin de retrouver sa soeur Cee qu'il sait en danger. Frank est vétéran de la guerre de Corée. Sur cette simple trame de chapitres alternant les périples du frère et de la soeur, Toni Morrison réussit un roman grandiose. Le format est court ( 153 pages), les chapitres nombreux (17), et la forme s y retrouve décantée à l'essentiel. Aucun mot de trop, et pourtant une écriture riche, sensuelle, évocatrice. Toni Morrison réussit à nous proposer un chant dont la puissance poétique et émotionnelle ne se dément jamais. Aucune faiblesse, aucun temps morts. On démarre, puis on est emporté. Les grands thèmes de l'auteur sont là: portraits de femmes, enfantement, ségrégation, violence des corps, errance, ...Le tout dans une langue et une intelligence qui force le respect. Un roman qui se ressent, vous imprégne, et devient vite une part de vous comme peut l'être la littérature: une expérience inoubliable.

lundi 3 septembre 2012

Part Company - Out of egypt - éditions G.U.M - 2012


Et un nouveau grand morceau...vivement l'album...

http://label-gum.com/produits/415-2

L’or et le sang – Merwan / Bedouel / Nury / Defrance – éditions 12 Bis – 2012.





Deux personnages, Calixte de Prampéand et Léon Matilo, que socialement tout oppose, sont démobilisés de la Grande Guerre, et ne parviennent pas à réintégrer leur vie d’avant. Ils décident alors de vivre une vie d’aventure et de liberté qui les conduira en terre marocaine.
Sur cette trame simple, les auteurs parviennent à nous faire vivre une aventure exaltante, entre fresque historique et récit d’aventure. On pense souvent à Monfreid, à Burton ou au film inoubliable que fut
L’homme qui voulut être roi. Mais au-delà de toutes ces références, ce qui emporte totalement l’adhésion, c’est la façon dont les auteurs parviennent à maintenir intact, album après album, un même engouement pour le récit et pour ses personnages.
Tout simplement la plus belle série d’aventure du moment.




Sergio Toppi ( 1932 / 2012 ).


dimanche 2 septembre 2012

Autobiographie des objets – François Bon - éditions Seuil – 2012.


Autobiographie des objets – François Bon - éditions Seuil – 2012.

De courtes chroniques nous narrent, dans la majeur partie des cas, des objets qui font référence à la jeunesse de l'auteur. Divers chapitres donc : jouets, machines à écrire, dictionnaires, cartes postales, armoire aux livres... Chaque texte est un modèle de finesse, d'intelligence et d'écriture. A aucun moment l'auteur ne sombre dans la nostalgie rance ou le passéisme soumis. Si son attachement aux objets est fort et est constitutif de ce qu'il est, il a l'intelligence de toujours percevoir ce que provoquent ces changements dans notre rapport aux temps, à la mémoire, à l'érudition. Texte sans doute sur une disparition annoncée, mais également document essentiel pour faire comprendre ce qu'a été notre vie entourée de ces objets.

«On farfouillait dans la boîte. Certains des objets remontaient à mon père, gardés ici dans leur fonction d'occupation pour enfants donc recyclables à échelle de génération- ce que nous avons aussi perdu.»

Cinq Ciels – Ron Carlson – éditions Gallmeister – 2012.


Cinq Ciels – Ron Carlson – éditions Gallmeister – 2012.

Trois hommes (Arthur Key, Ronnie Panellu et Darwin Gallegos) sont réunis afin de réaliser un chantier grandiloquent dans l'Idaho. Autour de cette imposante construction, la vie de ces trois hommes va se raconter progressivement. Personne ne sait pourquoi il est là, mais chacun fuit une histoire personnelle lourde qui les hante. Le roman nous raconte cette triple rédemption sur fond de paysages grandioses, de petites villes endormies et de labeur. Surtout, c'est un roman sur l'amitié qui unit ces hommes, las de leurs propres erreurs. Un grand livre à l'écriture dense et ciselée qui parvient à faire ressentir le poids des silences qui unissent les êtres.
«Ce n'est pas une idée. C'est tout ce qui me reste. C'est une vie et elle m'a été enlevée, et il n'y avait pas de secours. Il n'y a aucun secours.»

Dernière nuit à Montréal - Emily St. John Mandel - Rivages / thriller - 2012



Dernière nuit à Montréal - Emily St. John Mandel - Rivages / thriller - 2012

A New-York, Eli tombe amoureux de Lilia, jeune fille dont une des caractéristiques est de ne jamais s'installer là où elle arrive. Un jour, de façon prévisible, elle disparaît. Eli décide de partir à sa recherche à Montréal.
Au début du livre, on fait la connaissance du personnage de Lilia, puis, tout comme Eli, on est séduit et irrémédiablement marqué par ce personnage en "transit". Et ce n'est que petit à petit que chaque personnage (car il y en a bien d'autres : Michaela, Christopher...) va se révéler, entre enquête et réflexion sur le sens de nos vies.
Dernière nuit à Montréal est un roman noir atypique qui réussit la gageure de vous tenir en haleine de bout en bout tout en vous bouleversant. Polar de l'année?

The Flaming Lips et Erykah Badu - The First Time Ever I Saw Your Face - 2012