lundi 9 mars 2015

Tueur de moustiques - John Porcellino - éditions L'employé du moi - 2015 (2005 pour l'édition américaine).


Tueur de moustiques - John Porcellino - éditions L'employé du moi - 2015 (2005 pour l'édition américaine).



Étrange expérience que cette lecture des œuvres de John Porcellino au sujet de son expérience de "tueur de moustiques" entre 1989 à 1999. Étrange parce que l'auteur nous y raconte son apprentissage puis son métier d'alors : exterminer les moustiques dans les marais et forêts à proximité de Chicago et de Denver. Étrange parce que chacun des chapitres témoigne du passage du temps et révèle non seulement l'évolution de son rapport à cette profession mais également l'évolution dans sa pratique du dessin, de la bande dessinée. Si le dessin est dans les premiers chapitres "malhabile" -l'auteur s'en excusant dans la préface : "Quelques-unes des premières planches sont assez brutes, à la fois dans leur contenu et dans leur exécution"- la mutation n'en apparaît que plus belle tout au long de la lecture. Si les premières planches se cantonnent à la narration des faits (l'image accompagnant le texte), très vite l'image (si synthétique soit-elle) accède à son autonomie. Ainsi, l'usine de produit chimique "Amalgame" nous laisse entrevoir son aspect labyrinthique et fascinant. De même, la nature suggérée par l'apparition d'un rat musqué ou d'une larve de trichopteras suffit à en faire ressentir tout l'émerveillement. En plus d'être une exemplaire bande dessinée autobiographique en action, Tueur de moustiques se révèle d'une délicatesse inouïe quand il s'agit d'évoquer des sentiments aussi ténus que sont la fragilité et l'éphémère.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire